514 499 8555 agence de pub animation Arduino audace avenir avion BAnQ boutique catalogue ce que nous pensons chimio boy communication culture décoration design designer Douglas Dufort et Lavigne eau Éducation Folio Folio vous lirez plus Grafika Grand Duc en ligne HTML5 ibook idées Intermezzo Montréal iPad JL Baril lego Les Amis de la Montagne les consultants Lichen fabrique ses images livre Maison Smith marketing marketing direct mode montagne Montréal Montréal ville de design musique neige notre façon de faire Nous outils de production Parcs de Montréal photographie présence amérindienne production production graphique programme projet de lichen projet Lichen projet pour JL Baril publicitaire robinet robinetier.com robinets sémantique stratégie télévision Tokyo transport Twitter vente vidéo-clip ville de Montréal
  Basecamp
Jour de neige chez Lichen

L’aspect unique de cette ville schizophrène.

Montréal, arrête de te la péter

Nous sommes tellement géniaux, nous sommes tellement imaginatifs, nous sommes tellement bons, nous sommes différents, le nous est la ville de Montréal.

Montréal est une idée floue d’un concept d’auto congratulation. Cela a vraiment débuté en 2004 avec un article d’une revue américaine sur la qualité de vie dans les quartiers en Amérique du Nord où Le Plateau était bien classé. Ensuite, Florida est venu faire son petit tour en collectant quelques dollars sur l’incrédulité des campagnards. La machine s’est emballée à cet instant. Le centre névralgique de l’idéation, de la conception est devenu Montréal. Nous y avons cru. Cela est devenu le positionnement de Montréal face aux autres villes. Les Montréalais sont devenus des canards gavés à la créativité. Nous sommes sommes drapés dans cette illusion.

Oui cela est une illusion. Une ville ne se « brand » pas ! Une ville est le résultat de ses habitants. Les Montréalais sont très conservateurs. Ils aiment conserver le même maire durant deux, trois voir trop longtemps. Les Montréalais aiment leur confort. Les Montréalais ne sont pas ce que certaines personnes aimeraient qu’ils soient.

À la lecture des journaux et magazines locaux, nous nous décrivons comme des êtres très créatifs.

En ouvrant un livre Phaidon ou Taschen, aucune trace de Montréal. Cette ville n’existe plus pour le vrai monde. Dans notre village, nous avons pourtant la certitude du contraire.

Je ne suis jamais content. Même au paradis, je trouvais quelque chose à redire.

Laurent Rabatel

uj
Bouge donc Montréal

Montréal

Nous aimons notre ville, Montréal est notre centre de vie.

Montréal est une ville de culture, de plaisir de la table mais c’est également une ville verte.

Verte pour ses parcs, son Mont-Royal, ses espaces où les arbres dominent.

Le plus bel est exemple est que les Montréalais ont soif de leurs espaces verts. Dès les premiers rayons de soleil, les bancs des parcs sont pris d’assaut. Les enfants connaissent les parcs, les parents les accompagnent dans les aires de jeux et s’assoient sur un banc pour les surveiller ou les guider dans leurs folles aventures.

Montréal est une ville qui vieillit. Les parcs ne sont peut-être pas tout à fait en phase avec les besoins urbains de sa population. En Asie depuis quelques années, les villes ont créé des espaces d’activité physique pour les adultes au sein même des parcs. Une zone mitoyenne aux espaces pour les enfants afin de permettre à la population d’être active.

Pourquoi Montréal ne serait-elle pas la première ville en Amérique du Nord à proposer cela ?

Lichen est une agence de pub, design, scénographie etc.., et nous aimons notre ville. Nous voulons qu’elle se développe via ses habitants.

Nous aimerions que les parcs puissent offrir des espaces où les adultes pourraient se détendre, s’entraîner, jouer, via des jeux et des accessoires conçus pour eux.

Au Parc Lafonfaine, à place du château de béton qui est dangereux et avec lequel les enfants ne jouent pas beaucoup, imaginez une zone d’exercice/détente pour les parents pendant qu’ils surveillent leur enfant. Cela deviendra un endroit social où même les adolescents aimeraient venir pour se muscler.

Cela va faire un an que nous avons présenté ce concept de parc à la Ville de Montréal. Une année où nous avons frappé à chaque porte et nous avons été reçu partout.

Et rien ne bouge. Les fonctionnaires nous parlent tous d’un processus de concours. Mais cela n’est pas cela gérer une ville. Il faudrait une colonne à la direction de la mairie pour faire avancer les projets.

Mais personne ne bouge ! Et pourtant à Rosemère, ils viennent de créer un parc sur ce concept.

Montréal, tu fais chier parfois.

010303Picture 1Picture 2Picture 3Picture 4Picture 5

Notre ville, il faut bouger

Lichen aime Montréal.

Montréal se perd tranquillement dans sa suffisance.

Nous voulons que la ville bouge. Que les projets se fassent, que la ville retrouve ce qu’elle a été il n’y a pas si longtemps. Une grande métropole économique et culturelle.

Ce que nous ressentons aujourd’hui sur Montréal est triste. La ville est devenue une administration manichéenne qui ne prendra aucune décision sans respecter une quantité de règlements abscons. L’initiative individuelle semble annihilée dans un processus soviétique.

Montréal se la pète. Elle se croit magnifiquement créative, Montréal est comme une fille banale qui se croit belle. C’est pathétique et dangereux.

Montréal, tu devrais arrêter de te comparer et ne jamais observer celui qui te regarde afin de tracer ton propre chemin. Tu pourrais être unique et pour cela, tu devrais oublier les modèles afin de créer le tien. Et surtout, Montréal, arrête de parler. Bouge.

z
Développement durable de la Ville de Montréal

Lichen a conçu pour le service du développement durable de la ville de Montréal une première communication dans le but de sensibiliser les partenaires au nouveau site Internet.
Un crayon en papier, une petite brochure imprimée sur du papier recyclé sont les outils développés pour cette communication.

IMG_9574IMG_9575IMG_9577

IMG_9578IMG_9580IMG_9581IMG_9587