avion Axessimo International bornes interactives branding campagne de publicité catalogue CCQ ce que nous aimons ce que nous pensons chimio boy client crocs culture décoration design d'intérieur eau Éducation Folio vous lirez plus froid Gallimard Harry Potter HTML5 Intermezzo Montréal interprétation invitation iPad iTWYF La Capitale du Mont-Royal la vie de Lichen lecture lego Les agences de pub ne sont pas raisonnables libraires librairie Gallimard Lichen fabrique ses images livres électroniques livret logo Madragoa marketing viral mini-livre mode de vie modèle économique Montréal est une ville snob musée nouveau produit numérique numérisation prédictions 2010 programme projet projet photographique promotion rapport annuel revoir les expositions robert veut lire robinet sémantique sexe sites Internet Tokyo typo USA vendre des livres vidéo vie chez Lichen ville de Montréal voyage Yves Thériault
  Basecamp
La Presse n’est plus là

dans notre univers Internet. Ces derniers jours, le site Internet de la Presse, Cyberpresse.ca a changé de « look ». Il est passé du mode vertical à l’univers rectangulaire. Une mode ? Certainement, depuis une année, le site de Canoë avait réalisé ce changement.  Le site n’est pas mieux, pas moins bien. Nous ne pouvons rien dire sur son aspect.Il est ainsi et c’est leur histoire.

En revanche, nous sommes allés sur le site avec un iPhone. Bordel, nous sommes en 2008. Un site ne se navigue pas uniquement sur un grand écran. Oui, il l’aurait fallu produire une version pour les cellulaires. Le Monde, Libération proposent depuis six mois ces sites. Nous ne parlons même pas du NY Times qui a eu l’intelligence de créer une application pour lire le journal sans être connecté. Ces site font la promotion de leur version mobile dès que vous naviguez avec un de ces appareils. Pour Cyberpresse, vous devez trouver la page bien cachée en bas, donc impossible à trouver avec un iPhone. Il y a une version iPhone. Une version très légère du site. Un menu rapide, des manchettes et plus rien. Une publicité au milieu pour Équiterre et son cocktail de transport, des liens qui ne mènent à du vide. C’est une horreur totale.

Peut-être que cela pourrait être différent mais il semble qu’au Québec il faille attendre.