Alain Pilon Amis de la montagne Anselm Kiefer audace autour de nous bixi bonne exposition boutique communication graphique communication interne conception design designer eau faire un contenu pour le livre électronique faucet-maker Folio vous lirez plus Gallimard Grand Duc en ligne ibook Institut Douglas Intermezzo Montréal iTWYF Karine la vie chez Lichen Les agences de pub ne sont pas raisonnables les écolos sont souvent des cons librairie Gallimard livre livre électronique livre numérique magasin maquette marketing numérique métier Montréal Montréal est une ville snob notre métier nouveau compte OMS packaging parler des livres présence amérindienne programme publicité rapport annuel Renaud-Bray revoir les expositions Robert ne veut pas lire robinetier.com Tokyo tourisme Tout le monde en parle TV5 Twitter UNESCO Universal Music USA vide vidéo-clip web web 2.0 web mobile
  Basecamp
img_0793.jpg
“Qu’est-ce qu’une “mauvaise exposition” ?

Lichen lit beaucoup en ce moment.

Nous sommes tombés sur cet article publié dans les Inrocks.

Lichen a été scénographe pour deux expositions à la Grande Bibliothèque du Québec. Nous avons relevé plusieurs défis dans ces différents mandats. Nous avons appris, nous avons surtout compris pourquoi nous étions bons dans ce domaine.

La scénographie consiste à mettre en valeur le contenu d’une exposition. Cela est multiple, les œuvres, les flux des visiteurs, la première approche, ce que nous voulons que les gens retiennent, ce que le commissaire d’exposition a voulu, respecter le contenu, le bâtiment et jouer avec les codes pour que l’ensemble forme une bonne exposition.

Une exposition littéraire est la chose la plus difficile à faire. Cela peut devenir très chiant. Un chat, une machine à écrire, une tasse de café et beaucoup de lettres, de mots et de livres. Très, trop, souvent, cela ressemble à une simple liste présentée dans des vitrines.

Nous avons abordé le mandat de l’exposition Yves Thériault en nous mettant au service du commissaire d’exposition. Nous avons lu son document de travail et nous avons considéré que nos connaissances devaient se limiter à la vision de Rénald Bérubé. La scénographie devait s’effacer derrière le contenu pour le supporter. Nous n’avons rien lu de plus même pas un livre.

Le résultat a été une exposition très marquante où l’œuvre était au centre du parcours. Nous avons trouvé une façon de créer un univers très présent sans tomber dans le piège du bling-bling.

Car les scénographes actuellement font des expositions où les concepteurs graphiques tentent de rivaliser avec le contenu exposé. Il y a une juxtaposition, un conflit entre l’exposition et la scénographie.

Andy Warhol au Musée des beaux-arts de Montréal était une mauvaise exposition. Du champagne, des gadgets, des reconstitutions disneyiennes qui se télescopaient avec les tableaux exposés. Le visiteurs n’est jamais laissé à lui même. Chaque pièce doit être plus forte que la précédente, il y a une continuelle sur-enchère qui mène tout droit à la boutique située à la toute fin de la visite.

Cet exemple n’est que représentatif de la nouvelle forme d’exposer les œuvres. Il faut que cela soit toujours plus afin de tenter de surprendre.

La nouvelle exposition à la BAnQ est mauvaise. Il y a un concept graphique intéressant qui est répété ad nauséam. Les boites en cartons comme support graphique sont en conflit direct avec le contenu de l’expo.

Lu “au caractère didactique d’une scénographie qui anticipe ses effets sur le visiteur”

Il y a toujours le Musée d’art contemporain pour présenter ses exposition toujours aussi pochement, mais cela est une autre histoire.