465 rue St-Jean Alain Pilon aménagement amour application architecture audace autour de nous avenir bornes interactives bureau 403 bureau de Lichen campagne de publicité chimio boy client clients clip communication concept Lichen concept publicitaire conception crocs culture design d'intérieur design graphique design intérieur étalagiste Harry Potter idéation Intermezzo Lichen Lichen fabrique ses images livre livre de recettes livre électronique logo Madragoa maquette marketing marketing direct marketing viral mise en marché mobilité Monocle Montréal musée Nations Unies nouvelles de Lichen packaging Paris prédictions 2010 présence amérindienne production imprimée produit projet artistique projet pour JL Baril publicité intrusive rapport annuel recherche robinetier.com site Internet sites Internet stand télévision toujours en retard trouvé cela dans la rue Twitter Umberto Eco unicité USA vide web 2.0 web mobile
  Basecamp
La Presse n’est plus là

dans notre univers Internet. Ces derniers jours, le site Internet de la Presse, Cyberpresse.ca a changé de « look ». Il est passé du mode vertical à l’univers rectangulaire. Une mode ? Certainement, depuis une année, le site de Canoë avait réalisé ce changement.  Le site n’est pas mieux, pas moins bien. Nous ne pouvons rien dire sur son aspect.Il est ainsi et c’est leur histoire.

En revanche, nous sommes allés sur le site avec un iPhone. Bordel, nous sommes en 2008. Un site ne se navigue pas uniquement sur un grand écran. Oui, il l’aurait fallu produire une version pour les cellulaires. Le Monde, Libération proposent depuis six mois ces sites. Nous ne parlons même pas du NY Times qui a eu l’intelligence de créer une application pour lire le journal sans être connecté. Ces site font la promotion de leur version mobile dès que vous naviguez avec un de ces appareils. Pour Cyberpresse, vous devez trouver la page bien cachée en bas, donc impossible à trouver avec un iPhone. Il y a une version iPhone. Une version très légère du site. Un menu rapide, des manchettes et plus rien. Une publicité au milieu pour Équiterre et son cocktail de transport, des liens qui ne mènent à du vide. C’est une horreur totale.

Peut-être que cela pourrait être différent mais il semble qu’au Québec il faille attendre.