amour Anselm Kiefer application architecture autour de nous branding campagne de publicité communication communication culturelle concept publicitaire conception de produit décoration dépliant design d'intérieur design graphique designer documentaire Douglas Dufort et Lavigne epub exposition Fondation Gallimard Grafika graphisme Montréal Jalo KLM le bureau Le Mont Royal Les Allusifs Les Amis de la Montagne littérature livres de poche livres électroniques MACm Magic pop hotel Maison Smith marketing viral mode de vie Monocle montage mort d'un site mumérique musique nouveau compte OMS Parcs de Montréal parler des livres présence amérindienne productions numérq projet projet Lichen Renaud-Bray revoir les expositions robert veut lire robinetier.com robinets Sidim stratégie toujours en retard un client doit nous mériter UNESCO Universal Music urbanisme vendredi vidéo-clip vie chez Lichen Zoé
  Basecamp
La Presse n’est plus là

dans notre univers Internet. Ces derniers jours, le site Internet de la Presse, Cyberpresse.ca a changé de « look ». Il est passé du mode vertical à l’univers rectangulaire. Une mode ? Certainement, depuis une année, le site de Canoë avait réalisé ce changement.  Le site n’est pas mieux, pas moins bien. Nous ne pouvons rien dire sur son aspect.Il est ainsi et c’est leur histoire.

En revanche, nous sommes allés sur le site avec un iPhone. Bordel, nous sommes en 2008. Un site ne se navigue pas uniquement sur un grand écran. Oui, il l’aurait fallu produire une version pour les cellulaires. Le Monde, Libération proposent depuis six mois ces sites. Nous ne parlons même pas du NY Times qui a eu l’intelligence de créer une application pour lire le journal sans être connecté. Ces site font la promotion de leur version mobile dès que vous naviguez avec un de ces appareils. Pour Cyberpresse, vous devez trouver la page bien cachée en bas, donc impossible à trouver avec un iPhone. Il y a une version iPhone. Une version très légère du site. Un menu rapide, des manchettes et plus rien. Une publicité au milieu pour Équiterre et son cocktail de transport, des liens qui ne mènent à du vide. C’est une horreur totale.

Peut-être que cela pourrait être différent mais il semble qu’au Québec il faille attendre.