agent immobilier Anselm Kiefer application architecture audace avion boutique branding campagne de publicité ce que nous détestons codes QR communication culturelle concept Lichen conception conception graphique contenu création design graphique designer Dufort et Lavigne faucet-maker Grafika graphisme graphisme Montréal HTML5 idéation Interdit aux femmes de moins de 35 ans Intermezzo Montréal invitation kindle La Capitale du Mont-Royal Les Amis de la Montagne Lichen-boutique littérature livre électronique livret logo MACm marketing direct mise en marché mode de vie neige nextbop notre façon de faire nouveau produit numérisation OMS packaging parce que portfolio Lichen présentation projet projet pour JL Baril publicitaire rapport annuel recherche revoir les expositions scénographie sémantique street maketing tournage Tout le monde en parle transport travailler chez Lichen unicité vacances végétation vendre des livres vidéo-clip web 2.0 Yves Thériault
  Basecamp
02
Chatroulette nous fait peur

Le dernier buzz du web est dangereux, un site où vous êtes mis en contact automatiquement avec un inconnu, image à image, texte à texte, sans préambule. Vous ouvrez, une personne est en face de vous. Vous pouvez la flusher comme elle peut le faire en un clic. Et vous retombez sur une autre personne.

Cela est rigolo sur le principe.

Le contenu est édifiant.

Des hommes qui se masturbent, des personnes banales, des militaires hargneux, des jeunes qui pourraient être au primaire, toute la planète du web dans votre lucarne.
Aucun filtre, aucun discernement, le far-west.

Cela est rigolo 2 minutes.

Cela l’est moins lorsque cela ressemble à une boite de Pandore. Lorsque vous avez 12 ans et que vous pouvez voir ce que vous pourriez découvrir plus tard avec peut-être une éducation.

Cela est en rapport avec un texte très pertinent lu dans le site des Inrocks.

Un permis pour naviguer dans le web.

« Vous vous êtes positionné récemment en faveur de la création d’un passeport virtuel pour pouvoir se connecter à Internet et mettre fin à l’anonymat. Pouvez-vous nous en dire plus ?

La question est de donner à la cyber police plus de pouvoirs et plus de moyens pour lutter contre le cyber crime. Aujourd’hui, 99% des utilisateurs d’Internet sont persuadés d’être anonymes sur la toile. Mais c’est faux. Si le gouvernement veut les retrouver, il y arrivera. Par contre, les cyber criminels savent comment passer entre les mailles du filet.

Mon idée est simple : quand vous conduisez une voiture, si vous respectez le code de la route, la police vous laissera tranquille. Par contre, si vous enfreignez le code, là la police viendra vous attraper. Votre permis de conduire, votre plaque minéralogique aident la police à vous identifier et à vous arrêter si vous ne respectez pas les règles.

Aujourd’hui sur Internet, on peut dire que votre adresse IP ou l’adresse MAC de votre ordinateur sont votre plaque minéralogique. Mais quid du permis de conduire ? Je pense que tous les internautes doivent avoir un passeport digital, comme ça si vous agissez mal, la police pourra vous tracer. Mais ce genre de décision ne peut pas se prendre au niveau national : les cyber criminels ne connaissent pas les frontières. Il faut une coopération internationale, pour créer un Interpol de la cybercriminalité, qui tracera les criminels, et transférera les données aux polices locales. Sans cette régulation, il y a aura de plus en plus de cyberattaque envers les Etats.

C’est une question critique, car nous dépendons d’Internet. 90% de l’économie mondiale en dépend. Si un criminel réussit à prendre le contrôle d’un million d’ordinateur à travers le monde, et décide de lancer une attaque sur la France, que pensez-vous qu’il va se passer ?

Mais les cyber criminels ne trouveront-ils pas toujours un moyen de passer entre les mailles du filet, même si on décide de réguler le réseau ?

Bien sûr, certains y arriveront, mais pas tous. Imaginez qu’il n’y ait plus de police dans la rue, plus de lumière, qu’il n’y ait pas besoin de permis pour conduire, et que toutes les vitres des voitures soient teintées. Qu’est-ce que ça donnerait ? Internet ! 95% des gens rouleront en respectant le code, 5% feront n’importe quoi. En régulant, on combat ces 5%, dont 99% rentreront dans le rang.

Pensez-vous que les internautes seront d’accord pour se soumettre à un passeport digital ? Ne vont-ils pas y opposer une atteinte à leur liberté ?

Je ne pense pas qu’il y aura de loi disant du jour au lendemain « pour vous connecter, vous devez utiliser votre carte d’identité virtuelle ». Ça sera plutôt du pas à pas. Vous voulez consulter votre compte en banque en ligne ? Utilisez votre carte d’identité virtuelle. Vous voulez voter électroniquement ? Utilisez votre carte d’identité virtuelle.

Mais ce dont je parle, ça n’arrivera pas l’an prochain, ou dans cinq ans. Je parle du futur. Et dans le futur, je pense que les ordinateurs tels que nous les connaissons auront disparu. Ils seront remplacés par les smartphones. Les téléphones ressemblent de plus en plus à des ordinateurs, et seront bientôt capables de gérer toutes les données dont vous avez besoin. C’est dans l’ordre de l’histoire de l’informatique, tout devient de plus en plus petit. Des super calculateurs, on est passé à l’ordinateur de bureau, au portable, à l’ultra portable. Prochaine étape ? Les téléphones … »

À suivre

Je suis inquiet pour Zoé

Zoé a 10 ans. Sa vie adolescente commencera d’ici trois à quatre ans.
Zoé est une petite fille modèle qui suivra les mêmes « rites » de passage que ceux que nous avons passés pour devenir les adultes que nous sommes.
Le monde virtuel autour de Zoé m’inquiète.

En tant que parent, je veux que ma fille soit heureuse et ne vive pas une certaine pression dans son épanouissement de jeune femme. J’aimerais qu’elle ne vive pas sa sexualité contrainte pour satisfaire des modèles pornographiques.

Il y a urgence de créer une vraie campagne de sensibilisation pour éduquer les adolescents et jeunes adultes sur le faux modèle de sexualité qu’est la pornographie.
Dans différentes études nous avons lus que la plupart des adolescents « s’éduquaient sexuellement » via les images pornographiques. Le résultat est que certaines personnes confondent vie sexuelle et prouesses physiques.
Il y a 8 mois, sur Arte, la télévision franco-allemande, il a été diffusé un reportage sur la consommation de pornographie par les jeunes. Cela est terrible. Une jeune femme expliquait qu’elle ne prenait aucun plaisir et que pour elle une relation sexuelle c’était 3 personnes au minimum dans son lit. De jeunes  hommes ne voulaient que reproduire les modèles vus dans les films. Dans un autre reportage sur un acteur américain très célèbre, Ron Jeremy, il expliquait qu’il ne pouvait vivre normalement avec une femme car cette dernière confondait toujours les prouesses à l’écran avec ce que lui voulait réellement. De la tendresse, de l’amour etc….

Chez Lichen, nous avons pensé un concept de campagne virale pour expliquer que c’est du cinéma. Une campagne osée pour un sujet qui nous semble important.

Il ne s’agit pas de le communiquer sous la forme d’affiches qui font plaisir aux parents.

Notre idée est d’investir l’espace virtuel en créant un site « pornographique » où des acteurs viennent expliquer que cela est du cinéma.Un site Internet aux couleurs et à la saveur d’un site pornographique accessible via une campagne de mots clés placés dans Google et Facebook. Une fois dans le site, des acteurs pornographiques jouent et font leurs galipettes et s’arrêtent pour expliquer ce qu’ils font.

Que les jeunes puissent venir témoigner de leur première fois, de ce qu’ils ont aimé et moins apprécié, faire ce site ne soit pas conçu pour les parents mais pour les adolescents et les jeunes adultes. Exploitez le web là où le problème se trouve et donner des outils aux jeunes.

On ne demande à personne de courir le 100 mètres en moins de 10 secondes.
Les jeunes gens pourraient ne pas avoir nécessairement ce type de modèles en tête.

Nous aimerions vous rencontrer quelqu’un au gouvernement.

Cordialement.

02
Des chandails sexuels

La vie est courte et depuis très longtemps nous pensons à la façon d’aborder une femme. La meilleure façon pour avoir une relation sexuelle intense et presque immédiate.

Depuis que nous sommes adolescents, nous fantasmons sur l’idée de présenter un carton d’allumettes à une femme dans un métro bondé sur lequel serait écrit : Madame, si vous aimez les cunnilingus, placez votre doigt sur le nez.

Lichen-boutique est née de ce fantasme d’adolescent boutonneux. Des chandails conçus uniquement pour quelques personnes. Lichen-boutique produit actuellement d’autres concepts qui ne seront conçus qu’à de très petites quantités.

IMG_3771IMG_3769IMG_3768IMG_3767IMG_3761IMG_3759IMG_3758IMG_3756IMG_3754IMG_3750

le premier produit de Lichen-boutique est arrivé

Non nous ne sommes pas tombés si bas, nous sommes plutôt ici !

Donc, Lichen-boutique arrive avec le produit qui permettra aux hommes et aux femmes de se rencontrer et d’avoir beaucoup de plaisir.

Histoire de notre publicité | partie 2

Nous sommes bien heureux de la première maquette.
Un homme torse nu sent son aisselle dans une position de David.

La maquette est réalisée avec les moyens du bord, donc nos corps. Cet homme tient entre ses mains une feuille de papier sur laquelle est imprimée un code QR qui permet de décoder le titre du magazine. Ne pas mettre de nom, juste un signe, une intrigue pour des gens qui sont censés être curieux. Un mariage, un mix naturel; humour et un homme objet.

Bon, les éléments de la recette étaient là. En sachant que la communauté des designers du Québec n’ont aucun humour, nous étions déjà à la base très heureux de notre concept.
Une carte blanche, des timorés, de la provocation, nous avions un concept.

Cela n’est pas bien passé.
Pourquoi ?

Parce que nous vivons dans un monde d’illusion et de rectitude. Tout est beau sur cette terre et le reste à la faute des Américains, c’est la nouvelle philosophie québécoise. Ne jamais rien oser, toujours se mettre la tête dans le sable et n’être responsable de rien.
La raison évoquée pour refuser ce concept est que cela est triste et cynique.

oui il y a de la cela dans cette image.