465 rue St-Jean Alain Pilon Amis de la montagne amour animation application architecture audace boutique ce que nous aimons communication graphique concept publicitaire conception 3d conception graphique design graphique designer Douglas epub HTML5 ibook internet Internet nomade iPad kindle La Magnétothèque lecture Les agences de pub ne sont pas raisonnables les communications à Montréal les consultants les écolos sont souvent des cons littérature électronique livre logo MACm Magic pop hotel marketing métier mini-livre mode montage mumérique Nous nouvelles de Lichen packaging parler des livres présentation production production imprimée productions numérq projet de lichen promotion rapport annuel robert veut lire robinets Sidim stand stratégie télé-stop tourisme tournage travailler chez Lichen TV5 Twitter unicité UX vente vidéo vidéo-clip Vik Muniz voyage web Yves Thériault Zoé
  Basecamp
Hypocrisie

Bon, nous avons réagit à un lien que nous avons trouvé dans notre Facebook. Une publicité pour une marque de chaussure. Une publicité sociétale très bien réalisée sur un problème de santé que l’on retrouve en Afrique. Cela est ultra pertinent pour vendre des chaussures. Masquée sous une aura de bons sentiments, la marque de souliers Toms Shoes propose d’irradiquer un problème qu’on certains habitants d’Afrique en marchant pieds nus sur le sable en leur offrant des chaussures Toms.
Beau sentiment, belle action.

Nous pensons que ce n’est pas au rôle du privé de prendre des causes de la sorte. Normalement c’est l’Organisation Mondiale de la Santé qui devrait faire ce type de campagne en invitant les consommateurs à acheter des chaussures et à la déposer dans des boites spécialement conçus pour cela ou mieux encore, d’acheter via le web des chaussures et les faire liver au siège social.

Le problème est que l’OMS n’est pas capable de réaliser une vraie belle campagne comme Toms Shoes vient de réaliser.

Le territoire de communication  est pris par les marques privées qui ont une logique de communication efficace. Durant ce temps, les organisations, les fondations pataugent dans des stéréotypes de réclames affligeantes. Cela est normal que les jeunes consommateurs n’aient pas le goût de donner pour aider d’autres personnes. Lorsque Toms Shoes fait une action, cela est tellement bien foutu, calibré pour ces consommateurs, que les effets sont extraordinaires.

Durant ce temps, une marque de commerce joue le bon samaritain et achète une solution à un vrai problème. Cela fonctionne un certain temps jusqu’au moment où la marque investit ailleurs et laisse en plan les personnes qui  ont été aidées. Donc le privé n’est pas la solution, la vraie consiste à ce que l’OMS et autres organismes utilisent les outils de communication que le privé exploite.