aménagement animation Anselm Kiefer bornes interactives ce que nous détestons ce que nous pensons clip codes QR communication culturelle communication graphique conception création dépliant design exposition faire un contenu pour le livre électronique faucet-maker Folio vous lirez plus Grand Duc en ligne graphisme Montréal Harry Potter idées Interdit aux femmes de moins de 35 ans Jalo juste pour le plaisir kindle Les Allusifs livre livres de poche magasin Magic pop hotel manga maquette marketing marketing numérique marketing viral mode modèle économique Montréal ville de design Musée d'art contemporain neige notre façon de faire Nous ONU production graphique produit projet projet artistique publicité revoir les expositions Robert ne veut pas lire robinet robinetier.com salon du livre de Montréal scénographie sexe Sidim société travail graphique travailler chez Lichen un client doit nous mériter Universal Music USA vide vidéo-clip Vik Muniz voyage
  Basecamp
Hypocrisie

Bon, nous avons réagit à un lien que nous avons trouvé dans notre Facebook. Une publicité pour une marque de chaussure. Une publicité sociétale très bien réalisée sur un problème de santé que l’on retrouve en Afrique. Cela est ultra pertinent pour vendre des chaussures. Masquée sous une aura de bons sentiments, la marque de souliers Toms Shoes propose d’irradiquer un problème qu’on certains habitants d’Afrique en marchant pieds nus sur le sable en leur offrant des chaussures Toms.
Beau sentiment, belle action.

Nous pensons que ce n’est pas au rôle du privé de prendre des causes de la sorte. Normalement c’est l’Organisation Mondiale de la Santé qui devrait faire ce type de campagne en invitant les consommateurs à acheter des chaussures et à la déposer dans des boites spécialement conçus pour cela ou mieux encore, d’acheter via le web des chaussures et les faire liver au siège social.

Le problème est que l’OMS n’est pas capable de réaliser une vraie belle campagne comme Toms Shoes vient de réaliser.

Le territoire de communication  est pris par les marques privées qui ont une logique de communication efficace. Durant ce temps, les organisations, les fondations pataugent dans des stéréotypes de réclames affligeantes. Cela est normal que les jeunes consommateurs n’aient pas le goût de donner pour aider d’autres personnes. Lorsque Toms Shoes fait une action, cela est tellement bien foutu, calibré pour ces consommateurs, que les effets sont extraordinaires.

Durant ce temps, une marque de commerce joue le bon samaritain et achète une solution à un vrai problème. Cela fonctionne un certain temps jusqu’au moment où la marque investit ailleurs et laisse en plan les personnes qui  ont été aidées. Donc le privé n’est pas la solution, la vraie consiste à ce que l’OMS et autres organismes utilisent les outils de communication que le privé exploite.