514 499 8555 Alain Pilon application architecture boutique branding carte de Noël client clip communication design graphique design intérieur documentaire Dufort et Lavigne eau échec Grand Duc en ligne graphisme graphisme Montréal Harry Potter internet invitation Karine La Capitale du Mont-Royal la vie de Lichen Last FM lecture Les agences de pub ne sont pas raisonnables Lichen livre livres électroniques manga maquette marchandising métier mise en marché Monocle montage Montréal ville de design musée musique notre façon de faire outils de production Paris portfolio Lichen présence amérindienne production production graphique produits projet Lichen projet pour JL Baril publicitaire publicité Qr rapport annuel robinets scénographie se prendre en main sémantique sexe site web sites Internet stratégie street maketing toujours en retard tourisme transport vendre des livres vide ville de Montréal vitrine web web 2.0
  Basecamp
Le deux points est pour les zéros

Qui a eu cette idée de vouloir à tout prix faire communiquer les gens ? Nous n’avons rien à dire à plus de 99 point neuf neuf pour cent de la population.

Donc un matin, une personne quelque part à décidé qu’Internet devait devenir le lieu des dialogues. Et sont apparus une nuée de gourous du marketing qui ont créé une nouvelle religion pour  promouvoir la bonne parole. Et le web est devenu un objet quantitatif. Les gros sont meilleurs que les petits tel est le slogan de l’ensemble. Le web 2.0 ressemble à l’industrie américaine de l’automobile, tout en grosseur et aucune subtilité.

Devons-nous avoir 4 038 personnes qui vous suivent sur Twitter pour être pertinent ? Est-ce que 75 personnes peuvent être assez ?

Le web 2.0 est bancal.

Vite passons à autre chose.

je blogue mais je dois passer à la télévision si…

Nous ne connaissons pas Michelle Blanc. Nous savons qu’elle existe depuis de nombreuses années parce que nous sommes dans le même arbre professionnel. Ses écrits dans son blogue sont connus et nous croyons qu’ils sont respectés par les gens de l’industrie et surtout ses clients.

C’est la seule chose qui compte.

Michelle Blanc est passionnée par le web et ses ramifications sociales et économiques. Cela se sent. Elle twitt, elle est dans Facebook, elle a été l’une des plus ardentes passionnées de Second Life, etc…, elle pourrait nous ressembler. Parce que nous faisons toutes ces choses. Nous ne le disons tout simplement pas. Nous les proposons et vendons à nos clients. Nous ne respectons pas cette industrie, pas de Lichen dans les concours ou autres conférences. Nous vivons en autarcie professionnelle en nous alimentant à la culture générale.

Nous sommes dans le même arbre de la communication où Michelle Blanc est posée sur une branche plus fine que nous, plus spécialisée.

Michelle Blanc vient de passer en deux semaines de consultantes à vedette. Pourquoi ? Tout simplement en passant à l’émission de télévision la plus vue au Québec, Tout le monde en parle.

Donc, dans cet univers numérique, pour faire du bruit, faut passer par la bonne vieille télévision que tout le monde annonce moribonde. Dichotomie dans le processus de communication entre la réalité et la propagande numérique. La télévision et la radio restent encore l’outil de communication qui rejoint le plus grand nombre de personnes.

C’est direct et cela parle directement au cœur. Internet ne possède pas encore cette puissance. Le web est une conversation, la télévision est une agora. Michelle Blanc peut parler autant qu’elle le souhaite, elle n’aurait jamais pu avoir autant d’impact en si peu de temps sans passer par la télévision.

Nous sommes surpris que peu de « pros » du numérique ne remarquent cet état et ne jouent pas avec ces codes. Nous avons l’impression d’être revenu en 1999 où dans les agences il y avait un mur entre le web et le trad. Les rapports sont inversés et c’est pourtant la même chose. Il y a de l’autisme dans l’air.

Le numérique contre le trad, le web contre la télévision, des groupes Facebook contre …., l’ensemble des poncifs entendus reviennent.

Michelle Blanc fait du marketing numériques mais sa plus belle réalisation reste sa présence à la télévision et à la radio.

Paradoxe.