Alain Pilon aménagement Amis de la montagne amour Arduino audace avion BAnQ branding bureau de Lichen création culture design d'intérieur Dufort et Lavigne Duncan Ross Éducation epub exposition faucet-maker Folio gants Grand Duc en ligne invitation kindle La Capitale du Mont-Royal la vie chez Lichen lapin le bureau lecture libraires librairie Gallimard littérature livre livres électroniques Magic pop hotel Maison Smith marketing direct mettre le feu mobilité mode de vie montagne motion design musée numérique parce que parler des livres prédictions 2010 production imprimée projet artistique Renaud-Bray salon du livre de Montréal se prendre en main sémantique sexe site web télévision toujours en retard trouvé cela dans la rue unicité vacances vente ville de Montréal web 2.0 Zoé
  Basecamp
Robert ne veut pas | partie 2

Au Japon, les gens ne lisent plus de livres en papier. Le livre devient un objet de luxe, un objet démodé et à l’instar de la musique, le contenu est la seule valeur.
La littérature est encore protégée par le support. Pour le moment, rien ne remplace la commodité du papier. Tenter de lire sur un écran est presque illusoire. Lorsque nous recevons un document de travail qui nécessite de la concentration, le premier réflexe est de l’imprimer.
Au Japon, le phénomène de lecture d’ouvrage sur les appareils cellulaires et autres supports électroniques est très intéressant. Pour inciter les gens à consommer de l’écrit pour ces appareils, les contenus ont été repensés comme les Américains le font avec les vieilles émissions de télévision qui sont disponibles pour les téléphones portables.
Contenu très court avec un « punch » à la fin de chaque chapitre pour inciter à continuer.
Balzac le faisait au 19ième siècle mais comme il devait remplir des pages immenses, il décrivait un peu plus. Djian, avec sa série Doggy Bag, le fait merveilleusement bien.

À suivre