465 rue St-Jean aménagement amour Anselm Kiefer application architecture art BAnQ blogue bonne exposition catalogue clip codes QR concept culture décoration faucet-maker froid idéation Intermezzo Jalo juste pour le plaisir Karine kindle la vie de Lichen le style de Lichen lego Les Allusifs libraires Lichen-boutique livres livret maison d'édition marketing marketing numérique mettre le feu mode de vie montage montagne mumérique Nations Unies nextbop nouvelles de Lichen ONU outils de production Parcs de Montréal Paris programme projet projet de lichen projet pour JL Baril promotion publicitaire rapport annuel revoir les expositions sémantique société télévision toujours en retard un client doit nous mériter urbain UX vidéo-clip Vik Muniz vitrine web
  Basecamp
Un livre, cela se vend

Nous avons travaillé sur l’exposition d’Yves Thériault. Une exposition littéraire à la grande Bibliothèque nationale, normalement, cela devrait susciter l’intérêt de certains lecteurs de Montréal.
Donc, nous nous rendons à la librairie du square à Montréal pour y acheter Aaron d’Yves Thériault. Rien d’anormal, une exposition en ville, le livre devrait être sur le rayon d’une librairie qui a une vocation intellectuelle.

Nada, rien sur l’étagère. On nous prend de haut. On feind la surprise même. Pourtant la demande est simple. C’est comme lorsque le Grand Prix de F1 arrive en ville, vous sortez vos bouquins sur Ferrari, sur Senna et autres trucs. On appelle cela gérer ses stocks et profiter du moment.

En sortant, une brochure Taschen fut ramassée et là, ce fut un coup de foudre. Un vrai catalogue intelligent qui présente des livres que vous avez le goût de posséder. Des livres de cul mais également des documents pointus sur des artistes contemporains. Une vraie librairie concentrée sur 50 pages.

Moins de 24 heures plus tard, nous venions de dépenser 150 dollars de Taschen chez un marchand de journaux.

Les livres se vendent, il faudrait les rendre attrayants et disponibles.