aménagement amour architecture avenir avion boutique bureau de Lichen ce que nous aimons conception conception de produit contenu création culture documentaire étalagiste exposition faucet-maker Folio vous lirez plus Institut Douglas Intermezzo Montréal internet Jalo juste pour le plaisir kindle La Magnétothèque la vie chez Lichen la vie de Lichen lapin Le Mont Royal lego les consultants livre numérique livret logo Madragoa magasin manga marketing mobilité montage mort d'un site musique nouveau produit numérique ONU outils de production parce que production produit programme projet de lichen réflexion salon du livre de Montréal sémantique sites Internet stand stratégie street maketing télé-stop télévision Tout le monde en parle travail graphique travailler chez Lichen un client doit nous mériter Universal Music vie chez Lichen ville de Montréal vitrine voyage Zoé
  Basecamp
Le mot de la semaine

Vous avez aimé le précédent mot de la semaine. Une agence pourrait-être autre chose qu’un beau magazine creux ?

Nous espérons que non malgré les différents signaux observés.

Diatribe : Critique amère, violente, le plus souvent sur un ton injurieux.

Cela est mignon n’est-ce pas ?

Le mot de la semaine

Nous observons que les agences de publicités aiment bien placer des belles images pour vendre un produit ou un service.

Malheureusement le vocabulaire est très faible. Les rédacteurs ont perdu la bataille face aux designers (ou les DA). Êtes-vous allé visité les sites internet des différentes agences ? Les images sont belles. Le reste est vide.

Nous avons la prétention de proposer une alternative car Lichen vous aime, nouvelle chronique : le mot de la semaine.

Logorrhée : Bavardage intarissable et oiseux; besoin irrésistible de parler, observé particulièrement dans les états d’excitation de certaines affections mentales.

On a bien nommé « fuite des idées » cette diversion perpétuelle du flux psychique, et logorrhée l’écoulement désordonné et entrecoupé des paroles qui l’accompagne (Mounier, Traité caract., 1946, p. 192). Gavraine est atteint de logorrhée, expliqua le comte (H. Bazin, Tête contre murs, 1949, p. 78).