agence de pub Alain Pilon aménagement avenir bornes interactives boutique carte de Noël communication communication graphique concept contenu création dépliant documentaire Douglas eau échec faucet-maker Harry Potter idéation Intermezzo Intermezzo Montréal Internet nomade iPad Jalo JL Baril kindle KLM La Magnétothèque lecture lego libraires livret Madragoa Magic pop hotel maison d'édition marketing direct mini-livre mobilité mode modèle économique Montréal musée musique Nations Unies nouveau compte nouvelles de Lichen numérique ONU Paris portfolio Lichen présence amérindienne programme projet de lichen projet photographique Qr rapport annuel rapport annuel format livre électronique recherche sémantique site Internet stand street maketing télévision travailler chez Lichen TV5 urbain végétation vendredi vente ville de Montréal web web 2.0
  Basecamp
Chaos architectural

Deuxième tranche des travaux à la Maison Smith. Nous avions l’impression d’être dans un film Federico Fellini ou presque plus envoutant dans un rêve de Tinto Brass. La Maison Smith se transforme.

Maison Smith

Cela fera presque une année que Lichen collabore avec les Amis de la montagne pour rajeunir la Maison Smith. Le terme est approprié.

Nous sommes arrivés dans un environnement conçu par des personnes qui ont confondu les termes respect et ennuie, habitation et administration, patrimoine et vieillot, joie et brun.

Extraits choisis de notre travail.

uj
Bouge donc Montréal

Montréal

Nous aimons notre ville, Montréal est notre centre de vie.

Montréal est une ville de culture, de plaisir de la table mais c’est également une ville verte.

Verte pour ses parcs, son Mont-Royal, ses espaces où les arbres dominent.

Le plus bel est exemple est que les Montréalais ont soif de leurs espaces verts. Dès les premiers rayons de soleil, les bancs des parcs sont pris d’assaut. Les enfants connaissent les parcs, les parents les accompagnent dans les aires de jeux et s’assoient sur un banc pour les surveiller ou les guider dans leurs folles aventures.

Montréal est une ville qui vieillit. Les parcs ne sont peut-être pas tout à fait en phase avec les besoins urbains de sa population. En Asie depuis quelques années, les villes ont créé des espaces d’activité physique pour les adultes au sein même des parcs. Une zone mitoyenne aux espaces pour les enfants afin de permettre à la population d’être active.

Pourquoi Montréal ne serait-elle pas la première ville en Amérique du Nord à proposer cela ?

Lichen est une agence de pub, design, scénographie etc.., et nous aimons notre ville. Nous voulons qu’elle se développe via ses habitants.

Nous aimerions que les parcs puissent offrir des espaces où les adultes pourraient se détendre, s’entraîner, jouer, via des jeux et des accessoires conçus pour eux.

Au Parc Lafonfaine, à place du château de béton qui est dangereux et avec lequel les enfants ne jouent pas beaucoup, imaginez une zone d’exercice/détente pour les parents pendant qu’ils surveillent leur enfant. Cela deviendra un endroit social où même les adolescents aimeraient venir pour se muscler.

Cela va faire un an que nous avons présenté ce concept de parc à la Ville de Montréal. Une année où nous avons frappé à chaque porte et nous avons été reçu partout.

Et rien ne bouge. Les fonctionnaires nous parlent tous d’un processus de concours. Mais cela n’est pas cela gérer une ville. Il faudrait une colonne à la direction de la mairie pour faire avancer les projets.

Mais personne ne bouge ! Et pourtant à Rosemère, ils viennent de créer un parc sur ce concept.

Montréal, tu fais chier parfois.

010303Picture 1Picture 2Picture 3Picture 4Picture 5

Architecture

Nous avons commencé notre travail d’architecture.

Nous avons une maison. Nous la transformons. Elle sera belle à vivre.

Nous avons une idée. Pourquoi ne pas démocratiser le travail architectural ? L’architecture est un art. Nous ne l’avons jamais étudié, nous l’aimons tout simplement. Nous trouvons dommage que les gens n’aient pas le réflexe de contacter un architecte lorsqu’il s’agit de créer ou modifier son cadre de vie ou de travail.

Nous observons que les architectes font peur. Ils semblent inaccessibles, froids et hautins.

Nous aimerions aller plus loin.

Lichen se lance ailleurs

Lichen n’a jamais fait de graphisme, ne fait pas du web, ne fait rien et pourtant, nous faisons de tout. Nous refusons les compartiments. Nous aimons nous amuser et nous aimons relever des nouveaux défis. Donc Lichen fait de la communication en exploitant le graphisme, le web et depuis très peu de temps, Lichen communique dans la scénographie.
Nous ajoutons une nouvelle corde à notre arc. Lichen se lance dans le design d’intérieur et l’architecture.
Nous savons communiquer, nous savons faire des dessins et nous maitrisons bien la gestion des espaces. Lichen a reçu une maison pour se faire la main. Une belle maison des années 70 que nous allons revamper, déconstruire et créer pour que ses propriétaires puissent y vivre dans un nouvel environnement.
à suivre