Alain Pilon aménagement Amis de la montagne animation art audace autour de nous avenir avion bixi blogue bonne exposition catalogue chimio boy clip communication communication graphique concept Lichen concept publicitaire conception 3d conception graphique crocs décoration échec étalagiste exposition faucet-maker Folio Folio vous lirez plus Gallimard Grafika HTML5 Interdit aux femmes de moins de 35 ans interprétation iTWYF JL Baril kindle la vie de Lichen Les Allusifs les communications à Montréal Lichen Lichen fabrique ses images livre de recettes marketing direct marketing viral métier montagne Montréal est une ville snob mort d'un site mumérique musée notre métier prédictions 2010 présentation production graphique production imprimée publicitaire publicité intrusive recherche site web sites Internet travail Twitter Umberto Eco UNESCO végétation vendre des livres vie chez Lichen web 2.0
  Basecamp
Trop de conférences professionnelles

Les années 2000 ont vu apparaître un nouveau genre de formation professionnelle : la conférence. Ce lieu contemporain de l’agora grecque où les différents marchands du Temple viennent distiller leur savoir. Longtemps cantonnée au milieu universitaire ou de temps en temps à la secte d’entreprise, la conférence est devenue la dernière sortie à la mode du jeune professionnel qui désire assimiler un savoir en quelques heures.

TED fut longtemps l’organisation qui proposait des conférenciers choisis pour leur pertinence. Une approche basée sur l’originalité et la rigueur intellectuelle des orateurs. Le succès aidant, le nombre de conférences a augmenté et le tout est devenu une marque de commerce qui emballe un « savoir ». Et les gens se précipitent pour « apprendre ».

Les conférences promettent tout. Comment devenir le futur Steve Jobs par exemple tel qu’Infopresse le prétendait.  Elles garantissent un savoir pré-mâché qui vous permettra d’être plus pertinent dans votre travail.

La conférence n’a qu’un but : enrichir celui qui l’organise.

Et pourtant, le savoir ne devrait-il pas être le fruit d’un effort personnel, d’un échange entre quelques individus qui partagent des expériences, des vécus et surtout des connaissances ? Les conférences ne sont pas des accélérateurs. C’est le temps qui permet de forger un humain. À 20 ans, on a la fraîcheur qui compense la virginité. À 40 ans, l’expérience vient accélérer les habiletés professionnelles car on peut puiser dans des pratiques vécues. La conférence n’est que procuration et vanité. Notre époque.

7 réponses à “Trop de conférences professionnelles”
01. Pierre Huot
Publié le 2015-02-26 15:53:19

Ça serait si jolie une page de Lichen qui parlerait de son implication extraordinaire à la Nuit blanche de Montréal en lumière, juste avant l’événement en lui-même (disons 48 heures).

02. sébastien
Publié le 2014-12-03 11:24:16

votre site web n’est pas responsive

03. andré
Publié le 2012-05-21 09:59:15

Merci pour le lien. Édifiant!

04. Laurent Rabatel
Publié le 2012-05-21 09:43:31

Un lien, un seul

http://mobile.salon.com/2012/05/21/dont_mention_income_inequality_please_were_entrepreneurs/

05. andré
Publié le 2012-05-17 15:09:37

C’est ce que je dis dans ma rubrique…
http://www2.infopresse.com/blogs/actualites/archive/2012/05/04/rassurezmoi.aspx

06. Pierre Cardinal
Publié le 2012-05-16 08:00:04

Tu touches un point très pertinent mon Laurent. Tout le monde semble distiller son savoir en ce moment. Surtout, les grandes conférences sont tombées dans le piège du Branding (ah non, pas encore ce mot…) de sorte qu’il importe peu d’apprendre en autant qu’on y soit. Elles ont remplacé les Chambre de commerce comme lieu de réseautage. À mon avis, l’appât du gain y a qq chose à voir.

Mais en même temps, je donne aussi des conférences, mais sur une échelle plus humble. Alors, pour me réconcilier avec ma conscience et éviter de devenir un marchant de pacotille (Branding artificiel), j’ai passé un pacte avec mes clients : les conférences « no logo ». Lorsque je donne une conférence au nom d’une association (pas InfoPresse en passant) je ne mets aucun logo, de sorte que ceux qui participent à ma conférence s’intéressent au contenu. Eu un suivi de conférence est assuré pour comprendre ce qu’ils en ont retenu. Mes conférences deviennent des éléments de formation appliquée.

Comme on dit, c’est ça qui est ça.

07. Lydie Coupé
Publié le 2012-05-15 17:53:56

Bien dit. J’abonde en ce sens.

Laisser un commentaire