agent immobilier animation Anselm Kiefer architecture Axessimo International BAnQ bornes interactives boutique branding ce que nous pensons clients codes QR communication graphique conception contenu designer Duncan Ross eau faucet-maker Folio Folio vous lirez plus graphisme graphisme Montréal iPad iphone JL Baril juste pour le plaisir KLM Le Mont Royal libraires librairie Gallimard littérature livre de recettes livre numérique livres livret Madragoa magasin Magic pop hotel Maison Smith manga marchandising marketing numérique modèle Montréal est une ville snob mort d'un site Nations Unies neige nouveau compte numérique photographie présence amérindienne présentation radio de Lichen rapport annuel revoir les expositions robinetier.com Sidim sites Internet stratégie télévision Tokyo tournage travail travail graphique un client doit nous mériter urbain vendredi vente
  Basecamp
Pourquoi ?

Faut il toujours observer ailleurs avant d’oser le faire

Bienvenue ici

Lichen est née parce que nous ne supportons pas les directeurs, les sous-directeurs, les assistants, les spécialistes et les chargés de quelque chose. Ces gens nous font peur ! Depuis le départ
Nous apprécions les présidents et les actionnaires. Ceux qui ont le pouvoir de dire oui. Les autres sont de trop dans notre relation à moins qu’ils possèdent le savoir.

La communication est sclérosée par les intermédiaires qui décident de gérer sans avoir l’ouverture d’esprit pour dire oui ou non.

Le pire du pire, ce sont les associations. Nous avons proposé un concept à une association parce que nous avons été du côté des patients et nous nous sommes aperçus qu’il manquait un élément pour rendre notre vie plus facile. Nous l’avons proposé, nous ne voulons pas le réalisé, nous voulons qu’il se fasse parce c’est important.

Cela dort au gaz. C’est prétentieux. Nous détestons.

Pourquoi le Canada n’ose pas plus ? Pourquoi devons-nous toujours attendre que nos voisins du sud aient osé.
Cette année fut merveilleuse pour démontrer notre esprit timoré.

Une campagne électorale aux USA et deux campagnes au Canada / Québec. Souvenez-vous que ce sont les Américains qui ont osé, qui ont levé des sommes incroyables via le web, qu’ils ont communiqué avec leurs électeurs via les outils du web, qu’ils sont allés chercher des bons designers graphiques, qu’ils ont proposé un rêve.
Ici, cela fut le contraire. Des discours frileux ou alors pas du tout expliquer. Il ne se passe rien sauf une politique à la papa comme dans les années 50.

Même Québec Solidaire qui se targue d’avoir été moins mauvais que les autres n’a en réalité que copier, et pourtant, il y a deux ans, des idées avaient été déposées sur leur bureau pour faire de la politique différemment.

Donc, tant que cela n’a été appliqué aux USA, cela ne peut se faire.

Laisser un commentaire